Ce champ est requis
0
Cayenne
Jeudi
weather-icon 27 ° c

Saut Bief, un site de baignade prisé à Cacao

Ajouter au favoris
Saut bief

Le village de Cacao est une petite bourgade rattachée à la commune de Roura. Créé en 1977, il est connu comme étant la terre d’accueil des 1er Hmongs de Guyane.

Le week-end venu, le bourg reçoit un grand nombre de visiteurs et pour cause, le marché très achalandé par les récoltes issus des nombreuses cultures des alentours et les restaurants servant des mets très connus de la cuisine asiatique. 

Saut Bief

Saut Bief

Après avoir dégusté la typique soupe Phô, pourquoi ne pas profiter d’un instant baignade au saut Bief ?

Ce spot de baignade situé à proximité du bourg est très prisé par les habitants de Cacao mais aussi par les visiteurs. Lorsque le niveau de l’eau est au plus bas, il se révèle de nombreux rochers disséminés un peu partout et offrant des emplacements que tout à chacun peu utiliser le temps d’un instant. 

Vous pourrez même vous installer sur un banc de sable en plein milieu du saut si le niveau de l’eau le permet.

Le saut Bief est aussi le point de captage d’eau du bourg de Cacao.

Comment vous y rendre ?

D’abord, rendez-vous au bourg de Cacao accessible par la RN1. Lorsque vous arrivez au carrefour du marché, prenez à gauche puis suivez la piste en latérite sur 4KM (environ 20mn). Vous arriverez au bout de la piste sans issue, continuez à pied en traversant le pont sur votre droite. Suivez le petit layon, vous êtes arrivé.

A propos des Hmongs

Les HMongs sont des descendants de groupes villageois originaires du Laos. Fuyant le communisme, ils se retrouvent en 1975 dans des camps de réfugiés thaïlandais.

La reconnaissance par le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés de leur statut de réfugiés politiques leur permet d’être accueillis dans divers pays occidentaux. Les États-Unis en accueilleront quelque 100 000 et la France 10 000. On leur prépare en Guyane des villages créés de toutes pièces avec l’idée d’y transférer des groupes de familles pouvant retrouver leurs conditions de vie antérieures.

Les Hmongs sont arrivés en Guyane en 1977. Ils y ont été installés dans une idée précise : aider à repeupler la Guyane et développer l’agriculture. Ce projet s’insérait dans le Plan Vert, lancé par le secrétaire d’État aux DOM-TOM de l’époque. Il partait d’un constat accablant pour ce département d’outre-mer : sous-peuplée, la Guyane ne comptait que 55 000 habitants pour un territoire représentant un cinquième de la métropole, avec des ressources inexistantes et une activité économique quasi nulle.

 

Plan d’accès

Autres adresses à proximité

Nos partenaires