Vous consultez actuellement Rémire-Montjoly

 GuyaRando (Ecotourisme et randonnée - Guide en milieu amazonien)
  • Au départ de Cayenne, GuyaRando vous accompagne en petit groupe à la découverte de la nature et de l’histoire de la Guyane, en randonnée sur les inselbergs, dans les savanes, en forêt, sur les marais, sur les fleuves, à la journée ou sur plusieurs jours.
    Excursion, expédition, trek, randonnée à thème, à pied, en canoë.
    Notre métier, guide en milieu amazonien, spécialiste de l’écotourisme et des visites historiques de Cayenne,
    Notre passion, vous accompagner pour découvrir la Guyane, un territoire français en Amérique du Sud.

Remire-Montjoly est une ville française, située dans le département de la Guyane et la région de la Guyane. la ville de Remire-Montjoly est le chef-lieu du canton. Ses habitants sont appelés les Montjoliens et les Montjoliennes.

La commune s’étend sur 46,1 km² et compte 18 873 habitants depuis le dernier recensement de la population. Avec une densité de 409,3 habitants par km², Remire-Montjoly a connu une nette hausse de 21,3% de sa population par rapport à 1999.
Entourée par les communes de Matoury et Cayenne, Remire-Montjoly est située à 8 km au Nord-Est de Matoury la plus grande ville aux alentours.
Située à 5 mètres d’altitude, la ville de Remire-Montjoly a pour coordonnées géographiques Latitude: 4° 53′ 17 » Nord
Longitude: 52° 16′ 28 » Ouest.

La commune est proche du parc naturel régional de Guyane à environ 18 km.
Le maire de Remire-Montjoly se nomme monsieur Jean GANTY.

Pour toutes vos démarches administratives, vous pouvez vous rendre à l’hôtel de ville de Remire-Montjoly avenue Jean Michotte aux horaires d’ouverture indiqués sur cette page. vous pouvez aussi contacter la mairie par téléphone ou par courrier électronique grâce à l’adresse e-mail de la mairie indiquée ci-dessous.


Sentier de l’habitation Vidal

L’habitation Vidal est située sur la commune de Rémire-Montjoly. Pour y accéder, entrez dans le parking du stade Edmard Lama qui jouxte le Lycée LG Damas, allez tout à droite et là débute le sentier de 4KM. Il est très bien entretenu globalement. Il n’y a pas de difficulté particulière à signaler.

Comptez une marche de 3/4 H à 1H pour le parcourir. Il est également approprié pour les amoureux du VTT.

Lors de notre visite, le sentier semblait être en train d’être réhabilité avec notamment la pose de panneaux d’indication quasi absents. Et d’ailleurs, pour arriver aux vestiges, allez toujours tout droit !

Le sentier

Sans contexte, c’est la richesse historique qui caractérise ce site exceptionnel et qui en fait sa valeur touristique. La visite de l’habitation convie à fouler les pas des centaines d’esclaves, qui travaillèrent sur une des plantations les plus prospères de l’époque.

Aujourd’hui, le site de la sucrerie, recolonisé par la végétation, est accessible par un sentier qui sera l’occasion d’une petite promenade à travers une belle forêt secondaire. Il laisse à peine deviner les limites d’un ancien champ de plantes médicinales situé près du puits désaffecté et du bosquet de bambou marquant l’entrée de l’habitation. Les nombreux vestiges encore visibles d’un passé glorieux, méritent la visite de l’habitation.

Historique et situation foncière

Dès le XVIIe siècle, le site fut exploité sous forme d’abattis, qui étaient alors confinés sur les « terres hautes » parcourues aujourd’hui par le sentier.

La famille Vidal de Lingendes, propriétaire du site, dès la fin du XVIIe, installa une sucrerie sur plus de 60 ha. Une purgerie et un moulin furent construits, puis des machines à vapeur furent installées. Leurs vestiges restent encore visibles aujourd’hui.

Devenue l’une des plus grandes plantations sucrières de Guyane, elle ne comptait pas moins de 300 esclaves. Mais la concurrence de la betterave et la chute des cours mondiaux du sucre de canne, vers 1837, précipitèrent l’habitation dans la décadence.

La municipalité de Rémire-Montjoly, aidée par l’administration des Bâtiments de France, a effectué l’aménagement du chemin et le déforestage des ruines.

Le site de l’habitation Vidal est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, à ce tire, il est intégralement protégé. Pour l’essentiel, le sentier de l’habitation Vidal sillonne des propriétés privées de particuliers et de l’Etat.

Source : Conseil général

Lire l'article... >